Rencontre avec l’entrepreneur Blaise YAKPE KENGBANDA, CEO chez BeAfrica


Lorsque l’esprit et le corps sont sainement occupés, la créativité se libère et tous les rêves deviennent possibles.

Blaise YAKPE KENGBANDA

Nous avons eu le privilège de rencontrer M. Blaise YAKPE KENGBANDA CEO chez BeAfrica au cour d’un interview où il nous livre ses ambitions pour un Centrafrique Digitalisé

Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?

Je suis M. Blaise Yakpé Kengbanda, Entrepreneur et CEO chez BeAfrica, père de deux enfants, Ingénieur en Réseau et Système d’information de formation.

C’est quoi BeAfrica ?

BeAfrica est une Plate-forme de contact social et de rencontre professionnelle, BeAfrica est un lieu d’échanges et de partages d’informations, d’idées créatives et innovantes, de culture, de savoir-faire et de fichiers multimédia (photos, vidéos, biographie – CV, messagerie instantanée) entre amis, collègues et partenaires. BeAfrica se veut ainsi un réseau à la fois social et professionnel mettant les centrafricains d’ici et de la diaspora ainsi que les amis de la RCA en contact afin d’émuler un nouveau type de centrafricain, créatif, cultivé, ayant en partage la culture de la paix, le civisme et le désir de contribuer positivement  à faire advenir le nouveau type de citoyen.

Origines et inspirations du projet

Suite aux crises politiques, aux violences répétées et à la destruction des structures éducatives et familiales, le taux d’incivisme a augmenté de façon très inquiétante dans le milieu de la jeunesse. De fausses rumeurs conduisent vite à des drames, des talents qui cherchent un lieu où s’exprimer et se vendre, des investisseurs qui cherchent des talents sans savoir où les chercher, il suffit de peu pour que des édifices nationaux soient vandalisés ou que les biens des particuliers soient pillés, une paix précarisée qui ne facilite pas entrepreneuriat, une cohésion sociale fragilisée par l’immaturité politique et un très relatif sens des responsabilités. Tel est le contexte de la naissance du projet BeAfrica.

Né dans le cœur d’un jeune entrepreneur centrafricain  BeAfrica se veut une plate-forme socio-professionnelle  combattant la désinformation et la rumeur par la contre-information populaire, facilitant le contact entre une offre et une demande de talents et de services, promouvant la paix et la cohésion sociale par le dialogue et l’exploitation des ressources technologiques à des fins économiques. Nous le savons, lorsque l’esprit et le corps sont sainement occupés, la créativité se libère et tous les rêves deviennent possibles.

BeAfrica, prononcé «Bé Africa», provient du sango, langue nationale en Centrafrique, et signifie littéralement «Cœur de l’Afrique» qui se traduit traditionnellement par Centrafrique. Dans son prolongement logique, BeAfrica se veut également «Be Africa», de l’anglais, signifiant «Sois Afrique» et traduisant une invitation aux africains et aux citoyens du monde de nous rejoindre dans nos efforts de réduire la fracture numérique et de nous soutenir dans notre ambition de rester vivre chez nous, en Afrique, de manière décente.

En quoi votre Formation vous a-t-il aidé au développement de BeAfrica ?

Oui ma formation de base en tant que informaticien et programmeur  m’a beaucoup servi lors du développement de cette application.

Mon expérience dans divers projets de développements d’application tels que (la plate-forme de suivi et évaluation pour l’ONG HEIFER INTERNATIONAL AFRRIQUE DU SUD ET SENEGAL), m’ont vraiment donné gout de développement d’application orientée objet.

En dehors de BeAfrica, quelles ont été vos réalisations ?

J’ai eu à travailler sur beaucoup de projets

D’abord, la télévision Zovuko TV une première chaine de télévision privée malheureusement ce projet a été détruit par un ancien membre du gouvernement

L’autre projet en cours est la digitalisation d’organisation et gestion de l’Etat Civil en RCA (LOGECR), ce projet est fini je cherche l’approbation des dirigeants de mon pays

Quel est vraiment la cible de BeAfrica ?

La cible principale de BeAfrica est la population centrafricaine en général et sa jeunesse en particulier avec une ouverture bienveillante pour tous les citoyens du monde désireux de connaître la RCA dans son savoir-faire, ses talents, sa culture et son potentiel.   

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué lors de l’implémentation de BeAfrica.

La persévérance,

Ya des moments où j’ai failli abandonner ce projet de réseau socio-professionnel 

Quel sont vos projets futurs ?

C’est d’élargir BeAfrica sur le plan régional  et de digitaliser la République Centrafricaine

Un message à l’endroit de tes compatriotes de ta génération ?     

Aristote disait en donnant 95%  de tout ce que vous faites est le résultat d’habitude

Et que les bonnes habitudes sont dures à prendre mais facile à vivre mais les mauvaises habitudes sont faciles à prendre  mais dures à vivre.

A mes frères  jeunes centrafricains, j’encourage à prendre une nouvelle habitude de vie, à ne pas être spectateur du destin  de notre cher beau et précieux  pays la RCA mais plutôt des acteurs.

Nous y arriverons un jour à faire rêver notre pays à d’autres peuples du monde, donnons-nous au travail car seul le travail libère l’homme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *